Quand le country

 
Roch Voisine a enflammé la scène avec des succès country et folk. (Photo - S. Corsi)

Quand le country dit bonjour à La Prairie

Claudy Laplante

Le Reflet - 28 avril 2011

Culture > Arts de la scène

LA PRAIRIE – Tout de noir vêtu, bottes de cow-boy et guitare à la main, on aurait cru voir Johnny Cash sur les planches de la salle Richard-Sauvageau à La Prairie, jeudi dernier. Le mirage s’est même intensifié quand Roch Voisine a entamé le succès du défunt, Ring of Fire.

Accompagné de huit musiciens, l’interprète d’Hélène a enflammé la salle avec des chansons provenant de ses deux derniers albums, composés de reprises du répertoire country et folk.

D’ailleurs, comme le chanteur a entrecoupé son spectacle d’anecdotes, on a pu apprendre comment il a procédé pour les pièces qu'on retrouve sur Americana I et II.

«Je ne savais pas où commencer. Alors, comme tout le monde, je suis allé sur Internet. Les tops 100, 500, des listes des meilleures chansons ou même les pires! Mais ne vous inquiétez pas, je ne n’ai pas pigé dans celles-là!», a rigolé l’artiste de 48 ans.

Les amateurs ont eu droit à la chanson la plus populaire de tous les temps d’après celui qui compte plus de 25 ans de carrière, soit Crazy, de Patst Cline. Le chanteur a aussi présenté d’autres mélodies du Sud-Ouest américain dont Suspicious Mind, d’Elvis Presley, et Always on my mind, de Willie Nelson. Il a même rendu hommage au Canadien Neil Young en sortant son harmonica pour interpréter Heart of gold. Le public a aussi chanté en chœur le refrain de Mille après mille, de Willie Lamothe, mais c’est dans le rappel que les spectateurs ont le plus tapé du pied avec Jean-Johnny Jean, I’m a believer et Jonn.

Succès retentissant

Le chanteur vit une véritable lune de miel avec le public québécois depuis la sortie de ses deux opus.

Plus de 100 000 albums d’Americana I ont déjà été vendus. Une semaine après son lancement, Americana II trônait au sommet des ventes au Québec tandis que le troisième tome devrait être sur les tablettes en décembre.

«Dans la réalité d’aujourd’hui, il est clair que ce beau succès est inespéré. Les 100 000 albums vendus en 2011 valent 400 000, il y a 15 ans. Le métier est dur et exigeant; il faut savoir prévoir ce que les gens ont le goût d’écouter. Moi, je suis un gars plus mature, et mon public a compris exactement ce que je voulais leur dire. C’est un cadeau», a confié l’interprète à un quotidien national.

Une supplémentaire est prévue le 3 février à La Prairie. Les billets seront en vente dès le 7 mai à 10 h. Pour information, communiquez avec Sylvie Aubertin au 514.380.8899, poste 7324. n


Envoyer à un ami

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site