Saint-Jean-Sur-Richelieu

INTERNATIONAL DE MONTGOLFIÈRES DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

Roch Voisine : charismatique et généreux      


Marie-Josée Roy
14-08-2011 | 22h25
 
 

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU – On a cru jusqu’à la toute dernière seconde que le ciel assombri nous tomberait sur la tête mais, juste pour Roch Voisine, qui foulait la scène Loto-Québec de l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, dimanche soir, Dame Nature a évité de déverser son fiel sur la cité montérégienne.

Le principal intéressé nous a même promis qu’aucune goutte ne tomberait avant la fin du concert. Et c’est tant mieux, car le public, bien que moins nombreux  que celui qui s’était déplacé pour Ke$ha la veille, attendait son idole les bras et le cœur grands ouverts.

Le Roch Voisine de 2011 n’a absolument rien à envier à celui de 1989, qui susurrait à l’époque des mots doux à son Hélène. L’homme qui s’est présenté devant la foule, dimanche, tout sourire et vêtu de noir, au son de That’s How I Got To Memphis (à laquelle il a ajouté une douce touche francophone dans le deuxième couplet et dans le refrain, allant jusqu’à remplacer Memphis par Saint-Jean-sur-Richelieu à la fin du morceau), est un artiste éminemment plus accompli et serein qu’il pouvait l’être à ses débuts. Et, en prime, il n’a rien perdu de ce charme fou qui fait craquer les femmes. Décidément, la maturité sied à ravir à celui qui fait autant de ravages dans le cœur des Québécois que dans celui des Français…

Vrai et sensible, Roch semble avoir véritablement trouvé sa niche dans le style country, qu’il a exploité dans ses deux albums Americana. Et, devant l’immense assistance massée devant lui au festival de montgolfières, il a encore une fois fait la démonstration que sa nouvelle orientation musicale est la bonne. Ayant rapidement pris ses aises dans le grand espace après sa chaleureuse introduction, l’artiste, généreux, y est allé d’une énergique Don’t Think Twice It’s All Right, avant de saluer son parterre et de lui promettre une soirée mémorable, au son des airs de ses deux derniers opus et même de son prochain, le troisième volet d’Americana. Ont rapidement suivi des interprétations senties de Crazy (de Patsy Cline, la chanson country la plus connue de tous les temps, selon les trouvailles Internet de Roch!) et Suspicious Minds.

Après le récit d’une anecdote reliée à son passage aux Jeux olympiques de Vancouver, Roch, armé de son harmonica, a rendu hommage à Neil Young avec Heart Of Gold, avant d’enchaîner avec Mrs Robinson. You Never Can Tell, C’est La Vie, Take It Easy (des Eagles), Let It Be Me (à moitié en français), Take Me Home Country Roads, On The Road Again et Always On My Mind ont finalement mené ce spectacle magnifique jusqu’à 22h, heure de tombée pour l’auteure de ces lignes. Du Roch Voisine à son meilleur, qui a fait le bonheur de ses nombreux admirateurs (et admiratrices!)

David Jalbert : l’étoffe d’un grand

C’est l’auteur-compositeur-interprète David Jalbert qui avait la lourde tâche de réchauffer la foule avant la montée sur les planches de Roch Voisine et, fort de son enthousiasme habituel, le jeune homme a ravi le public avec ses textes empreints d’émotion, son sourire enjôleur et son chapeau de cow-boy (histoire, probablement, de donner le ton aux airs country qui viendraient après lui!).

Sachant raconter le quotidien comme personne, David a insufflé une belle énergie à tous avec des pièces tirées de ses deux albums, dont Voyage, Petit homme, Shérif du village et Souvenirs d’enfance, et a ainsi fait la preuve qu’il est en voie de devenir l’un des grands noms des créateurs d’ici. Le papa de trois enfants avait même demandé à ses «amis Facebook» de lui communiquer leurs chansons favorites en vue de sa prestation, dans le but de pouvoir les entonner le soir venu, et s’est adonné à une séance d’autographes une fois son tour de chant terminé.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×